archive

Archives Mensuelles: mai 2013

Sommer le front

Frênes les faînes
Le parenchyme renouvelle
Des grains de soleil mon sommeil

Montagne tremblante de mai
Les visages reviennent des Suds
Amériques
Se déterrent les nœuds
Nos origines oxygènent
Eaux noires en rappel
Confondant brise-glace l’horizon

Tient droit debout
Tient alors l’air étouffe
Chaleur du Nord dans un fruit
Bleu broie mes nerfs
Prend la tendance des saisons
Le chant du continu
Cuisine d’une simple ampoule
Le goût du soir demain

Mes membres cardinaux orientent
Raccordent la vibrance
Ces choses que nous ne voyons plus
Nommées

Les refus ne sont jamais agiles. Je me plonge les deux pieds dans la terre. La terre et son histoire américaine, au sud plus particulier, dans Mémoire du feu de Eduardo Galeano. Il faudra me remettre de la couleur dans les pieds de terre cuite et froide Amérique. En attendant, le poème.

Publicités

Un poème, Sang, chez Poème Sale.

POÈME SALE


 
 

Sang

 

L’eau rouge lave
J’allègue
Entre chaque moderne j’écris
Dans les arrêts les effluves
Mon nez porte fardeau
Ouvre les airs
Les grands signaux

 

Je renvoie les migrations
Ne me délie plus
Aux commissures
Des bottes et mains
Pattu de fragile l’ennui

 

Contre les bavards banaux
Adopte renouvelle posture
J’acclimate l’ami cher
N’en veux pas au sans venu du ciel

 

L’espoir
Comme une journée se lièvre

 
 
 
 

View original post

%d blogueurs aiment cette page :